Le Covid et l’aération

ORIUM

Face au coronavirus, des gestes barrières sont à appliquer : porter un masque, se laver les mains, respecter les distanciations sociales, mais un autre geste tout simple permet d’éviter la propagation de l’épidémie : ouvrir ses fenêtres.

La recommandation d’aérer les pièces régulièrement figure depuis plusieurs mois dans les messages du gouvernement allemand afin d’endiguer la pandémie de COVID-19. « L’une des mesures les moins chères et les plus efficaces » selon Angela Merkel.

Les centres américains de prévention et de lutte contre les maladies (CDC) ont officiellement ajouté les aérosols à la liste des modes de propagation possibles du coronavirus, même si le principal reste selon eux les gouttelettes respiratoires type postillons projetées à proximité par une personne infectée. L’instance américaine se range ainsi à l’avis de nombreux scientifiques, qui plaident depuis des mois pour une meilleure prise en compte du risque des aérosols, négligé au début de la pandémie.

Emmanuel Macron l’a également préconisé lors de son allocution du 14/10/20, comme nouveau geste barrière recommandé aux Français.

En effet, aérer les pièces fermées réduit le risque de transmission du coronavirus via les très fines gouttelettes expirées par une personne infectée, soulignent les spécialistes.
Les nuages de particules virales, appelés aérosols, sont suspectés de pouvoir flotter en suspension pendant de longues durées, jusqu’à plusieurs heures dans l’air ambiant.

L’air intérieur est jusqu’à 5 fois plus pollué que l’air extérieur.

Le rôle du CO2 :

Le dioxyde de carbone est un gaz inodore et incolore dont les sources sont diverses (gaz à effet de serre, transport, fuel, chauffage…). Le dioxyde de carbone (CO2), naturellement présent dans l’atmosphère, est une molécule produite par l’organisme humain au cours de sa respiration. Sa concentration dans l’air intérieur est liée à l’occupation humaine et au renouvellement d’air, et un indicateur du niveau de confinement de l’air.

D’où l’importance d’aérer les pièces afin de renouveler l’air ambiant.

Comment savoir quand renouveler l’air ambiant ?
Orium® propose une gamme de mesureurs de qualité de l’air intérieur QUAELIS, qui permet de surveiller et de mesurer en temps réel les différents composants de l’air ambiant : le CO2, les Composés Organiques Volatils (COV), les Particules Fines, et également l’Humidité et la Température. Ils surveillent en continu et alertent rapidement par des codes couleurs et des recommandations en français pour faciliter la compréhension des résultats. Des propositions de solutions à mettre en place sont également indiquées (aérer la pièce pour renouveler l’air, supprimer les acariens, changer de produits d’entretien, diminuer le chauffage ou entretenir la ventilation, purifier l’air…) afin d’agir efficacement pour améliorer la qualité de son air intérieur.

Ces mesureurs sont simples d’utilisation, prêts à l’emploi et sont adaptés aux différents usages : Maison, ERP, entreprises, EHPAD, écoles, crèches….

Mais Attention, aérer ne suffit pas !

Pour autant, et comme c’est le cas des autres mesures de protection, la ventilation seule ne suffit pas. Pour le Pr Flahault, il faut « cumuler les mesures de protection : minimiser le nombre de personnes dans la pièce, ne pas y rester trop longtemps, maintenir une distance physique, porter un masque en permanence, se laver les mains régulièrement et éviter de trop parler, chanter ou crier », pour projeter le moins possible de particules virales si on est infecté.

Nos équipes sont à votre disposition pour toutes demandes.

Orium, une nouvelle idée du quotidien